Bandeau
Communauté catholique des Alpes de Haute Provence
Slogan du site

digne.eveche@wanadoo.fr

Conférence du Dr LELOUTRE sur les addictions
Article mis en ligne le 5 juin 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

3e journée diocésaine le Samedi 1er juin 2013 ,
au BARTEU à Peyruis .
animée par le Dr Jacques LELOUTRE , addictologue au Centre Départemental d’Addictologie.

« ADDICTIONS » : Dangers et complications
Addictions aux substances psychoactives ( alcool, tabac , toxicomanie, cannabis, médicaments psychotropes )
Addictions comportementales ( jeux vidéo, jeux d’argent )
« FAIRE FACE AUX ADDICTIONS »
Pourquoi consomme-t-on ? Pourquoi certaines personnes sont-elles vulnérables et d’autres non ? Comprendre ce qui rend difficile de parler de sa consommation. Savoir comment aborder le sujet, les points à traiter, les écueils à éviter.

Conférence du Dr LELOUTRE sur les addictions

C’était ce samedi 1er juin au Bartéu que la Pastorale de la Santé avait invité le Dr Jacques LELOUTRE, addictologue au CSAPA 04 (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) à présenter les différentes formes d’addiction et les attitudes à avoir face aux personnes malades.
Une trentaine de participants du Secours catholique, de l’Association Chemin d’Espoir et de la Pastorale de la Santé, … étaient présents.
Le matin étaient donc présentées 7 des principales addictions : opiacées, tabac, cocaïne (et crack), alcool, cannabis, benzodiazepines et addictions comportementales (jeu, achat, internet, jeux vidéo, ..). Pour chacune d’elles étaient détaillés leur caractère plus ou moins addictogène , l’effet recherché, les risques d’effets chronique et accidentels, la population concernée, ..
Ainsi les opiacées, le tabac, les benzodiazepines (Valium, Temesta, Xanax, ..) sont ils très addictogènes (difficile d’arrêter leur prise) tandis que l’alcool ou le cannabis le sont beaucoup moins, la Cocaine a elle, un risque intermédiaire . Du fait de leur forte consommation, les dangers les plus importants pour la santé restent en France, ceux dus au tabac (75000 morts par an ) et à l’alcool (40000 morts par an). Les dangers d’overdose sont très importants avec l’héroine et existent aussi avec la cocaïne mais plus rarement. Ces 2 derniers produits concernent une population encore peu nombreuse (mais en augmentation pour la seconde). Pour le Dr LELOUTRE le cannabis est très utilisé, 1 jeune de 17 ans sur 2 en ayant déjà fumé. Au volant son utilisation est beaucoup moins accidentogène que l’alcool à condition bien sûr de ne pas être associé à ce dernier. Questionné sur le sujet le Docteur LELOUTRE rejoint la position des professionnels de l’addiction et est favorable à la dépénalisation de l’usage du Cannabis . Il ne se prononce pas sur une légalisation (qui est d’ailleurs plus un problème sociétal que médical).
Une autre question concernait la création de « salle de consommation » (lieu de consommation de drogue sous surveillance médicale) ; le docteur y voit de nets avantages sur 3 points : l’aspect sanitaire, la moindre gêne aux riverains des quartiers concernés mais surtout la rencontre et le lien créés à cette occasion avec les toxicomanes.
Les addictions comportementales (en particulier jeux vidéo pour les ados) doivent être jugées au regard des effets sur la vie sociale des intéressés (résultats scolaires dégradés, pertes des amis, repli sur soi, ..)

L’après-midi était plus consacré aux comportements des malades et de leur entourage. Sur l’origine des addictions tout d’abord les psychiatres y voient une interaction du stress et de la vulnérabilité, c’est à dire d’un terrain favorable (hyper émotivité, traumatismes antérieurs, prédisposition génique, ..). Le stress par exemple inhibe la recherche de solutions à un problème même simple.
Le parcours des malades guéris est souvent long avec des rechutes mais qui sont chaque fois des étapes qui font progresser.. Le Docteur LELOUTRE compare cela à un enfant qui apprend à faire du vélo : après chaque chute il va corriger son équilibre et ses erreurs pour à la fin pouvoir pédaler sans encombre. De même il rappelle que si pour obtenir une guérison, la volonté du malade est indispensable, elle peut malheureusement ne pas suffire, certains patients malgré de réels efforts n’arrivent pas à évoluer favorablement . L’aide à ces malades doit passer par beaucoup d’attention et d’écoute et parfois d’astuce : ainsi cette image d’un âne qui refuse de rentrer dans un van, qu’on le pousse ou qu’on le tire, et qui finalement y pénètre quand quelqu’un vient le tirer par la queue pour faire mine de le tirer en arrière.. !!

Cette conférence très vivante était largement illustrée de l’expérience acquise par le docteur dans l’aide qu’il apporte aux personnes qui viennent le consulter.
Merci également à David et Véronique qui s’occupent de l’accueil et des repas et nous ont offert quelques chansons accompagnées à la guitare, avant notre départ.

Soeur Henriette a déjà sollicité le Dr LELOUTRE pour une nouvelle conférence cet automne à Digne (à suivre)

Le CSAPA 04 est présent à Digne (siège 13 bvd Victor Hugo), à Manosque, Sisteron et Forcalquier.
Les consultations, gratuites et confidentielles, se font sur rendez-vous : Manosque 0492746291 et Digne 0492315568.. Des « groupes de paroles » sont également organisés.

Bernard pour La Pastorale de la Santé.



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

-2018 © Communauté catholique des Alpes de Haute Provence - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.32