Bandeau
Communauté catholique des Alpes de Haute Provence
Slogan du site

digne.eveche@wanadoo.fr

Clôture de l’Année de la foi et confirmation d’adultes 23 novembre 2013 à la Cathédrale de Sisteron
Article mis en ligne le 24 novembre 2013
dernière modification le 26 novembre 2013
logo imprimer
Enregistrer au format PDF


(visionner les photos ou les vidéos )
Comme évêque de cette Eglise particulière, je me réjouis fortement de cette confirmation de 22 adultes de notre diocèse. C’est un événement diocésain ! L’Esprit de Pentecôte poursuit son œuvre parmi nous et le sacrement reçu vient confirmer le baptême déjà reçu. L’on peut être baptisé et confirmé à tout âge de la vie. L’appel aux sacrements d’initiation chrétienne se poursuit !

(lire l’ensemble de l’intervention de Mgr Loizeau)

 Clôture de l’année de la foi : 23 novembre 2013

L’évêque de Digne a choisi cette date particulière pour rassembler les adultes de tout le diocèse qui ont demandé à recevoir le sacrement de confirmation. En effet, ce jour là prend fin l’année de la foi ouverte le 17 octobre 2012 à Manosque. Le diocèse de Digne a répondu ainsi à l’invitation du Saint-Père Benoît XVI qui a proclamé une Année de la foi : ouverte en octobre 2012 (à voir ou découvrir ici) pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile œcuménique Vatican II et achevée le 24 novembre 2013, Solennité du Christ-Roi.

(ouverture de l’Année de la Foi à Manosque en octobre 2012)

Cette année a été une occasion propice pour que tous les fidèles comprennent plus profondément le fondement de la foi chrétienne qui est la rencontre avec Jésus-Christ ressuscité. A cet effet, les textes du Concile Vatican II et le catéchisme de l’Eglise catholique offert à l’Eglise par le pape Jean-Paul II, il y a 20 ans ont été approfondis dans les groupes paroissiaux de réflexion. ( lire les billets spirituels du Père Stéphane Ligier sur le Concile Vatican II )

Autre évènement lié à l’année de la foi, Mgr F-X Loizeau a promulgué à l’Ascension le projet diocésain de la catéchèse : « répandre le bon parfum du Christ » (lire ici) . Il s’adresse à tous les acteurs des paroisses, services et mouvements afin que la foi puisse être proposée dans les Alpes de Haute-Provence à chaque âge de la vie.
Enfin, 18 catéchistes venus de tous les archiprêtrés ont participé aux Journées mondiales des catéchistes à Rome pendant 4 jours à la fin septembre.
( voir ou revoir ici )

 La confirmation

Avec le baptême et l’eucharistie, la confirmation est un des trois sacrements de l’initiation chrétienne.

 Qui peut recevoir la confirmation ?

Recevoir le sacrement de confirmation est un choix personnel que l’on peut faire lorsqu’on est adolescent ou adulte : quand on a compris que l’amour de Dieu reçu au baptême est un trésor que l’on ne peut pas garder pour soi, qu’il faut le partager. Les paroisses, les aumôneries ou les mouvements de jeunes préparent jeunes ou adultes à recevoir ce sacrement. Ce sacrement est habituellement donné par l’Évêque, qui a reçu mission de « confirmer ses frères dans la foi ».

 Quels sont les gestes de la confirmation ?

L’imposition des mains et l’onction du saint-chrême sont deux gestes bibliques.

L’imposition des mains :

elle est un geste d’appartenance. Ce geste d’appartenance est également un geste de transmission. Les apôtres ont imposé les mains pour transmettre l’Esprit (Actes des apôtres 8,17 ; 19,6). Les chrétiens croient que l’Esprit-Saint donne le courage d’aller vers ceux qui ne connaissent pas Dieu, donne la force de parler de Dieu, aide à vivre comme Jésus le demande et aide à être témoin de l’amour de Dieu : « Esprit vient au secours de nos faiblesses » dit Saint Paul dans sa lettre aux Romains (Romains 8,26-27).

L’onction du saint-chrême :

c’est la même huile parfumée que celle reçue du baptême ; l’évêque trace une croix sur le front du confirmand avec cette huile sainte pour dire que l’Esprit-Saint sera toujours avec lui pour l’aider à connaître Dieu et à l’aimer toujours davantage : « Sois marqué de l’Esprit-Saint, le don de Dieu ». Dieu le choisit comme témoin, il l’envoie annoncer Jésus autour de lui.

 Clôture de l’Année de la foi et confirmation d’adultes

(texte)

Un an après la belle fête de l’ouverture diocésaine de l’Année de la foi, à Manosque le 20 octobre 2012, nous voici réunis aujourd’hui, en Eglise diocésaine, pour la clôture de cette Année, riche en grâces mutiples.
J’ai relevé plusieurs de ces temps de grâces, remarquables et particulières :

  • la célébration œcuménique à Sisteron le 19 janvier ;
  • la retraite des prêtres sur la réconciliation, à ND du Laus le 14 mars ;
  • la retraite des jeunes confirmands à ND du Laus, le 6 avril ;
  • le rassemblement national Diaconia 2013, à Lourdes du 8 au 11 mai ;
  • le 50e anniversaire du Mouvement chrétien des retraités, le 18 juin ;
  • les divers pèlerinages diocésains à Lourdes, en Terre Sainte… ;
  • les pèlerinages locaux de l’été ;
  • les Journées mondiales de la jeunesse, à Rio au Brésil en août ;
  • le commencement des visites pastorales du 3 au 6 octobre ;
  • le pèlerinage avec les séminaristes, à Ganagobie le 17 octobre ;
  • le rassemblement mondial des catéchistes, à Rome du 26 au 29 novembre
  • et aujourd’hui cette confirmation d’adultes.
  • En ce même jour, nous nous associons par la prière au rassemblement romain autour du Pape François de 500 catéchumènes originaires de 47 nations et des 5 continents. Et le Pape remettra aux baptisés du monde entier, pour nourrir et encourager leur foi, une Lettre intitulée « La joie de l’Evangile », comme il nous avait remis le 29 juin la Lettre intitulée « Lumière de la foi ». Rendons grâce à Dieu pour les progrès de notre Eglise qui a vécu avec ferveur de la foi en son Seigneur, au cours de cette riche année « des deux Papes » : Benoît XVI qui l’avait inauguré et François qui la conclut au nom de toute l’Eglise !

Comme évêque de cette Eglise particulière, je me réjouis fortement de cette confirmation de 22 adultes de notre diocèse. C’est un événement diocésain ! L’Esprit de Pentecôte poursuit son œuvre parmi nous et le sacrement reçu vient confirmer le baptême déjà reçu. L’on peut être baptisé et confirmé à tout âge de la vie. L’appel aux sacrements d’initiation chrétienne se poursuit !
Rendons grâces à Dieu, Père, Fils et Esprit, pour les confirmands qui répondent en ce jour à son appel ! Ils nous rappellent aussi les sacrements que nous avons reçus et la mission qui nous incombe d’être des participants actifs de l’évangélisation, avec notre Eglise, dans le monde de ce temps !
Rendons grâces avec joie, car c’est le fête du Christ Roi de l’univers !

+ François-Xavier LOIZEAU, évêque

 Luc 23, 35-43 Confirmation d’adultes


« L’ année de la foi » se termine par la fête du Christ-Roi. Nous pourrions penser que le texte d’évangile choisi pour ce dimanche soit une exaltation d’un Roi glorieux, or il nous présente un Roi crucifié ! Contemplons donc, dans la foi, notre Roi innocent torturé à mort mais qui est, par cela, source de notre vie sauve ! Car une seule question importe, c’est celle du salut. Pour nous, chrétiens, c’est dans la croix de Jésus qu’est la Résurrection et l’ouverture définitive de notre foi sur la promesse de notre propre résurrection avec le Christ.

Aujourd’hui comme hier, Jésus, cloué sur la croix, est livré aux regards de la foule celle d’hier, celle d’aujourd’hui. C’est notre monde, c’est nous-mêmes au pied de la Croix de Jésus.
« Le peuple reste là à regarder », regard perplexe sans doute qui pressent que quelque chose d’important se passe, mais qui est dépassé par le drame. Comment ne pas comprendre cette attitude, qui n’est pas seulement d’hier ?
Mais certains sont conscients et se relaient pour interpeller le supplicié sur sa mission, sur le salut qu’il est venu apporter. Ce sont d’abord les chefs du peuple qui ricanent et se moquent de ce « Messie de Dieu », de cet « Elu » que Dieu semble avoir abandonné : « Il a voulu en sauver d’autres, mais d’abord qu’il se sauve lui-même ! » Puis, c’est au tour des soldats « qui s’approchent pour lui donner de la boisson vinaigrée ». Désignant, avec dérision, l’inscription que porte la croix du condamné : « Celui-ci est le roi des juifs », ils lui lancent : « Si tu es le roi des juifs, sauve-toi toi-même ! ». Comble de l’humiliation, c’est enfin l’un des malfaiteurs crucifiés avec lui qui élève la voix pour l’injurier : « N’es-tu pas le Messie ? Sauve-toi toi-même et nous avec ! ».
Seule voix discordante dans ce concert de sarcasmes : celle du bon larron. Devant Jésus, son compagnon de supplice, le malheureux reconnaît ses crimes et en accepte la peine : « pour nous, c’est juste ». Et en même temps, il accède au Mystère de cet innocent qui souffre avec lui : « Lui, il n’a rien fait de mal ! ». Contre toutes les apparences, au milieu de toutes les voix qui tournent en dérision cette royauté affichée, il reconnaît en Jésus le Messie-Roi véritable et il lui adresse cette prière : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne ! ». Jésus lui répond en lui annonçant le salut et le salut aujourd’hui ; non pas celui, charnel, temporel, dont parlaient les moqueurs, mais un salut bien plus profond et total : « Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le paradis ! ». C’est vraiment une parole royale de Jésus, au moment même où il est le plus humilié et rejeté, à l’instant où il agonise, où il va mourir. C’est le signe le plus merveilleux qu’il pouvait donner du salut : là même, plus qu’ailleurs, il est le Roi, il est le Seigneur ! Et il nous entraîne « avec lui » dans le Royaume de son Père, qui est son Royaume. Il ouvre vraiment la porte de la foi.
C’est de cette façon que se manifeste l’efficacité du sacrifice de Jésus. La croix de Jésus transforme le monde en produisant la conversion des âmes et en leur ouvrant le paradis de Dieu. Comme le bon larron, c’est chacun de nous qui se voit invité à considérer les souffrances de Jésus et à faire un examen de conscience : Nous, nous avons ce que nous avons mérité… mais lui n’a rien fait d’anormal. En même temps que le repentir, la croix de Jésus fait jaillir en nous l’incroyable renouveau d’une confiance d’enfant : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu seras entré dans ton Royaume ! ». Et la réponse de Jésus montre que cette confiance est pleinement fondée : le crucifié ouvre toutes grandes les portes du Royaume de Dieu. Ce Royaume est celui de la miséricorde et non celui de nos seuls efforts humains, au bout de soi !

Vous en savez quelque chose, vous les confirmands d’aujourd’hui ! En lisant vos lettres de demande –dont je vous remercie- je constate que votre vie adulte a été un long cheminement vers ce moment de la confirmation de votre foi de baptisés. Pour certains, il y eu de lourdes épreuves de santé ou d’handicap, des épreuves de la mort de proches, parents ou enfants jeunes, des instabilités, déceptions ou mêmes « abysses » intérieures, tâtonnements dans la recherche d’un sens à la vie… Pour d’autres, ou en même temps, des joies profondes auprès d’un époux ou d’une épouse, le bonheur de la naissance des enfants, l’accomplissement de soi dans le service des autres… Vies mêlées, comme toutes les nôtres mais soutenues par une foi qui n’a jamais faibli, dit l’une, par une vie de prière qui n’a jamais cessé dit l’autre ou qui a rejailli après éclipses… Vies portées par des relations d’amour ou d’amitié, de service ou d’appels comme celles de prêtres vous proposant la démarche du baptême, de la communion et de la confirmation. Vous êtes parmi nous les témoins actuels que l’on peut recevoir les sacrements de l’Eglise à tout âge de l’existence.

Comment faire comprendre à notre monde, à certains de nos proches ou de nos amis parfois, qu’il n’y a pas de salut, de sens à la vie et à la mort, sans le Christ et sans les sacrements qui actualisent sa présence vivante avec nous ?
Cette présence se manifeste dans celle de l’Esprit-Saint qui nous est donné pour nous faire entrer pleinement dans la vie de l’Eglise et finalement celle de Dieu et de son Paradis de bonheur ! Certains, parmi vous les confirmands, l’avez bien exprimé dans vos lettres. « Que l’Esprit-Saint me donne encore plus de force pour continuer mon chemin quotidien à la recherche du visage de Dieu et à la transmission de sa Parole au tout-un-chacun qui croise mon chemin. Qu’il me donne la persévérance dans le désert de la non-écoute, la pugnacité dans le monde du rejet et enfin la réaffirmation de mon Credo » Un autre demande « la disponibilité à Dieu, pour entrer pleinement dans l’Eglise et me mettre ainsi au service du Seigneur. Que l’onction de l’Huile sainte marque de son sceau l’Esprit-Saint qui fait son œuvre en moi pour être serviteur de Dieu » et de mes frères » en étant membres actif de la communauté des chrétiens !
Frères et sœurs confirmands, vous nous appelez tous aussi aujourd’hui à renouveler l’Esprit de notre baptême et de notre confirmation, à demander dans la prière les dons de l’Esprit-Saint et à communier au Christ dans sa Passion et sa Résurrection.
Oui, frères et sœurs, le Roi que nous fêtons avec l’Eglise entière est un Roi crucifié ! N’ayons pas honte du signe de la croix tracé sur notre front avec l’Huile sainte du sacrement du baptême-confirmation. Il inscrit ostensiblement sur nous que nous croyons au bonheur d’être sauvés par ce Roi et que nous souhaitons à tous ce même bonheur, celui du paradis dans le Royaume de Dieu !

 Photos

à voir ici

 Vidéo

à visionner ici



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

-2018 © Communauté catholique des Alpes de Haute Provence - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.32