Bandeau
Communauté catholique des Alpes de Haute Provence
Slogan du site

digne.eveche@wanadoo.fr

Vœux du diocèse à Monseigneur Loizeau 10 janvier 2014.
Article mis en ligne le 12 janvier 2014
dernière modification le 22 janvier 2014
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Vœux du diocèse à Monseigneur Loizeau
10 janvier 2014.

Monseigneur,

« Avec Jésus Christ la joie naît et renaît toujours » « Cependant, je reconnais que la joie ne se vit pas de la même façon à toutes les étapes et dans toutes les circonstances de la vie, parfois très dure ».
C’est avec ces deux affirmations du Pape François, dans sa récente exhortation, « La joie de l’Evangile », que je voudrais, au nom des fidèles du diocèse, ministres ordonnés et laïcs, relire avec vous l’année écoulée et vous présenter nos vœux les plus chaleureux pour l’année qui vient de commencer.
« Je vous annonce une grande joie », c’est par ces paroles que le cardinal français, Jean-Louis Tauran, le 13 mars dernier en début de soirée,  annonçait à l’Eglise et au monde, l’élection du cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio 266ème évêque de Rome et Pape de l’Eglise catholique. C’est la démission surprise du Pape Benoit XVI, le 11 février, qui a permis cette élection. Deux hommes différents, certes ; mais c’est le geste spectaculaire du premier qui a permis l’élection du second. N’opposons pas ces deux papes. Ils sont deux figures complémentaires et nécessaires du beau visage de l’Eglise de Jésus-Christ. Depuis ce 13 mars, la joie ne s’est pas démentie, dans, mais tout autant aux frontières de l’Eglise et de ces périphéries de l’existence vers lesquelles le Pape François n’a de cesse de nous envoyer. Nous en avons des témoignages quasi quotidiens dans nos rencontres.  La joie de l’Evangile émane du Pape François, de son visage, dans sa façon d’être, dans ses textes, dont son exhortation apostolique est une magnifique illustration. Cet homme, ce Pasteur, enseigne tout autant par sa façon d’être que par ses paroles et il trace un chemin, dont nous espérons qu’il sera suivi dans les actes par tous les catholiques, à commencer par nous, ministres ordonnés qui avons à « être les modèles du troupeau qui nous est confié», comme nous y invite l’Apôtre Saint Pierre. Ce pape réveille les agents pastoraux, que sont les ministres ordonnés et les laïcs en mission ecclésiale, par des paroles du type : « Certains se découragent parce qu’ils conduisent des projets irréalisables. D’autres, parce qu’ils n’acceptent pas l’évolution difficile des processus et veulent que tout tombe du ciel. D’autres, parce qu’ils donnent  une plus grande attention à l’organisation qu’aux personnes. D’autres tombent dans l’acédie parce qu’ils ne savent pas attendre, ils veulent dominer le rythme de la vie. Impatients, ils veulent des résultats immédiats. La psychologie de la tombe, qui transforme peu à peu les chrétiens en momies de musée, se développe. Non au pessimisme stérile. La joie de l’Évangile est celle que rien et personne ne pourra jamais enlever (cf. Jn 16, 22). (EG 82-84). Pussions-nous être, tout au long de l’année, nous dans l’Eglise de Digne, des témoins et des serviteurs de cette joie « qui naît de la certitude personnelle d'être infiniment aimé, au-delà de tout ». (EG 6).

D’autres joies, ont émaillé la vie de notre diocèse en 2013 ; nous avons eu le plaisir d’accueillir plusieurs de nos frères prêtres venus du continent africain, du Congo et du Togo. Monseigneur Bala, évêque du diocèse de Bafia au Cameroun, avec lequel nous sommes jumelés depuis plus de 10 ans, a bien voulu accepter qu’un second prêtre rejoigne le champ de la mission à Digne. Merci, chers frères, de prendre avec nous, votre part au service de la mission. Vous êtes loin de votre terre, de votre famille. Puissiez-vous, ici à Digne, trouver une terre et des amis accueillants. Dans le Peuple de Dieu vous savez qu’ « il n’y a pas d’étrangers, ni des gens de passage, tous, nous sommes citoyens du peuple saint, membre de la famille de Dieu ».  Nous vous accueillons avec joie comme il se doit, des frères, des pères, des amis que Dieu Lui-même vous envoie !
Des changements sont aussi intervenus dans les communautés religieuses du diocèse. Merci, aux uns et aux autres de votre présence et de votre disponibilité.

Après la fin de la mission de Mme Marion Secondy, à la pastorale des jeunes et de Sr Henriette Armand, pour la pastorale de la santé, la relève a été assurée par Mlle Elisabeth Savoie et M. Georges Morin. Merci d’avoir entendu et accepté l’appel. Nous en sommes heureux. Merci aussi aux membres de leur équipe diocésaine et à toutes celles et ceux qui œuvrent au service de nos frères malades et des jeunes. Nous avons souhaité la bienvenue à Mme Isabelle Simeray qui a pris la direction de la Maison Saint Vincent.

Nous avons aussi, avec joie, rendu grâce, en 2013, pour les 25 ans d’épiscopat, commencé ici à Digne, de notre ancien évêque, Monseigneur Georges Pontier mais aussi pour son élection à la tête de la Conférence des évêques de France.
Avec Monseigneur Bala, venu dans le diocèse dans le cadre de la kermesse des missions, nous avons rendu grâce pour ses 10 ans d’épiscopat et ses 25 ans de sacerdoce. Sa présence a permis de renforcer et d’approfondir nos liens mutuels.
Dans notre Eglise diocésaine nous avons célébré d’autres jubilés de vie religieuse ou sacerdotale. Deo gratias pour la joie qu’il nous donne !

La démarche « Diaconia 2013, ensemble servons la Fraternité », a connu son point d’orgue avec le grand rassemblement national à Lourdes en mai dernier qui a rassemblé dans la joie plus de 12000 personnes. Dans le prolongement d’Ecclésia 2007, qui avait rappelé que l’annonce de la foi est l’affaire de tous, et pas des seules catéchistes, Diaconia nous rappelle que le service des plus pauvres, le service du frère, fait partie intégrante de la foi des disciples du Christ et n’est pas l’affaire de seuls spécialistes mais de tout un chacun. Le temps de l’engagement se poursuit ici et maintenant. Les initiatives prises et développées dans certains de nos secteurs paroissiaux, notamment « les tables ouvertes paroissiales », portent de beaux fruits et sont source de fraternité, d’ouverture et de dynamisme des communautés qui les mettent en œuvre. Diaconia est vraiment à poursuivre ou à commencer. Il y a là une belle opportunité et une belle initiative pour l’évangélisation et le renouveau de nos communautés parfois un peu ronronnant es ou endormies.

2013 aura également connu la joie, sous l’impulsion du service diocésain, de la promulgation des orientations catéchétiques diocésaines.
En septembre, 30 catéchètes de chez nous, de loin le groupe le plus important de notre province de Marseille, ont participé aux journées mondiales des catéchistes, voulues par Benoit XVI et présidées par François. Ils en sont revenus fortifiés dans la Foi, confortée dans leur mission définie ainsi par le Saint Père : le catéchiste, « C’est celui garde et alimente la mémoire de Dieu, la garde en lui-même et sait l’éveiller chez les autres ».

Ce fût également une joie, pour les jeunes du diocèse d’avoir pu bénéficier, notamment, de deux évènements importants : les JMJ de Rio qui à l’appel du Pape François ont rassemblé près de 3M de jeunes autour du Christ. Ces journées furent source de joie et de dynamisme renouvelé pour les participants ; comme le note l’un d’eux, « nous avons porté le diocèse de Digne jusqu’à Rio ; nous devons maintenant porter l’enseignement de Rio jusqu’à Digne ». Nous avons eu la joie d’accueillir à Sisteron le rassemblement provincial des lycéens CatOcap ; 400 jeunes et leurs animateurs qui, à l’ombre de la citadelle de Sisteron, ont pu réfléchir sur le thème, « Seigneur, mon roc, ma citadelle ».
Nous avons aussi connu la joie de fêter les 50 ans du MCR et rendu grâce pour la vie et l’œuvre de St Jean de Matha qui, naît sous nos cieux, a su entendre les besoins de son temps notamment en faveur des prisonniers esclaves. Merci à ses frères et sœurs, notamment dans le diocèse de continuer à donne « le témoignage personnel et communautaire de ce qu'est le Dieu de Jésus: amour, liberté, communion, Trinité, le "Dieu des frères captifs".
L’année de la foi, voulue par le pape Benoit XVI, s’est conclue dans la joie par un beau rassemblement diocésain à Sisteron ; 700 personnes ont rendu grâce pour ce qui s’est vécu au cours de cette année. Lors de la Messe de clôture, 20 adultes ont reçu le sacrement de la confirmation. Souhaitons que cette année n’ait pas été qu’une initiative sans lendemain ; l’année de la foi s’est voulue une initiative «  pour favoriser la redécouverte joyeuse et le renouvellement du témoignage de la foi ; occasion privilégiée de partager ce que nous avons de plus cher : le Christ-Jésus Rédempteur de l’homme ! »

« La joie ne se vit pas de la même façon à toutes les étapes et dans toutes les circonstances de la vie, parfois très dure ».

Notre famille diocésaine a connu aussi ses épreuves et ses deuils ; le décès prématuré et inattendu de notre frère André Diaz, alors qu’il s’apprêtait à rentrer dans le diocèse après des mois de souffrance physique et morale, les départs subits de Jean Bezzone, et Christian Clément, mais aussi le retour vers la maison du Père d’André Léauté et Louis Capelle. Ils ont rejoint la déjà longue cohorte de nos intercesseurs au ciel qui continuent, autrement mais réellement dans la communion des saints, leur ministère en faveur du diocèse. Chacune et chacun, d’entre nous, a aussi connu son lot d’épreuves et de difficultés. Nous avons partage celles de notre ami Eric le Chaix, dont l’épreuve de santé l’a conduit à devoir quitter son poste à la Maison St Vincent et, avec Paulette, quitter le diocèse où ils avaient créés des liens et des amitiés. Le Seigneur connaît ce qui fait nos vies ; qu’il nous procure paix et réconfort.

Arrivée en 1642 dans le diocèse, la Congrégation des sœurs ursulines a du renoncer à la présence effective d’une communauté au Sacré Cœur. Elles en gardent cependant la tutelle. Malgré le regret de ce départ, le diocèse rend grâce de leur présence et de leur fécondité au long de siècles. L’esprit méricien reste présent aujourd’hui et nous souhaitons que cet établissement, après des moments difficiles, puisse continuer longtemps à assurer la formation humaine et spirituelle des jeunes qui lui sont confiés.

Une nouvelle année vient de s’ouvrir. Pour le diocèse, et pour vous, Monseigneur, elle sera normalement marquée par le passage de témoin. Mais ne vivons pas ces mois « comme une fin de règne », dans la démobilisation ou l’attentisme. Ne nous retournons pas vers derrière, dans un esprit nostalgique, les regrets ou l’amertume. Ne nous projetons pas, non plus, vers l’après 7 juillet, date de vos 75 ans. Ecoutons Jésus nous redire : « Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même; à chaque jour suffit sa peine. » (Mt 6,34) « Votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord son Royaume et sa justice » (Mt 6,33).
Oui, ensemble, Monseigneur dans la force de l’Esprit Saint, et sous votre conduite, continuons à chercher et à construire le Royaume du Seigneur, ici et maintenant, en cette belle terre des Alpes de Haute-Provence. C’est notamment votre souhait à travers les ultimes visites pastorales que vous avez commencées et que vous poursuivrez jusqu’à la fin de l’année pastorale.
Soyons, les uns pour les autres, entre nous, ministres ordonnées, entre nous et les fidèles laïcs, pleins de bonté, de bienveillance, de compréhension mutuelle. Nous pourrions sans doute prendre pour règle de vie, ces recommandations de St Paul : « Ne soyez jamais intrigants ni vantards, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de lui-même, mais aussi des autres. » (Ph 2, 1-4). Oui, mettons-nous au service les uns des autres, dans l’amour.
Belle, bonne et sainte année, à vous, Monseigneur, de la part de tous les fidèles, laïcs et ministres ordonnées, de cette portion du Peuple de Dieu qui vous a été confiée le 25 janvier 1998 et jusqu’à la date où le Saint Père en décidera.
Nous sommes aimés au-delà, de tout, par notre Dieu qui n’abandonne jamais son peuple. Nous n’avons besoin de rien d’autre pour vivre ces 365 jours.  Puissions-nous, là où nous sommes, être des témoins, des acteurs et des relais de cet amour les uns pour les autres.
Quoi que nous puissions vivre au cours de cette année, n’oublions jamais la sage recommandation de Ste Thérèse d’Avila : «Que rien ne te trouble. Que rien ne t’épouvante. Tout passe Dieu ne change pas. La patience triomphe de tout. Celui qui possède Dieu ne manque de rien Dieu seul suffit ! »

Père Christophe Disdier-Chave, vicaire général

 

 



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

-2018 © Communauté catholique des Alpes de Haute Provence - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.32