Bandeau
Communauté catholique des Alpes de Haute Provence
Slogan du site

digne.eveche@wanadoo.fr

Témoignage des sœurs de la Meyronnette
Article mis en ligne le 12 juin 2014
dernière modification le 15 juin 2014
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Rencontre avec notre Evêque

Membres de l’Eglise, Corps du Christ ressuscité, nous vivons notre vocation et notre mission en Eglise locale ; notre congrégation présente aujourd’hui dans 33 pays, est en continuelle évolution depuis sa fondation, à l’écoute de l’Esprit, elle veut témoigner de l’amour de Dieu pour tous, elle nous ouvre ainsi à l’universelle.
Ici, à La Meyronnette, nous sommes une petite communauté de trois Sœurs, mais trois pays différents : Vietnam, France et Suisse, rassemblées par le Christ et envoyées en mission. Pour nous, la vie communautaire est déjà parole missionnaire. Nous croyons, comme le dit notre RV, que
« la sainteté et la mission de l’Institut passent par la communauté, parce que le Seigneur ressuscité est présent, là où deux ou trois sont réunis en son nom. La communauté religieuse dont nos maisons donnent un témoignage visible, est appelée, aujourd’hui, à exprimer le message de l’évangile, par la sobriété de son style de vie,  premier geste concret de solidarité avec les pauvres et l’accueil cordial les unes envers les autres, premier signe de fraternité immédiatement lisible. Nos communautés sont le véritable visage immédiat de l’Institut, l’épiphanie de notre communauté mondiale. La qualité de leur vie révèle ou assombrit la qualité de vie de la congrégation.  Indépendamment de leur efficacité au plan apostolique, elles ont un rôle de témoignage évangélique, par le fait même de leur existence. »
Au moment de grande difficulté avec l’Eglise de Besançon, qui peinait à accueillir la RV approuvée par le Pape, Ste J. Antide disait : « Je suis fille de la sainte Eglise, soyez-le avec moi. »
Notre vie communautaire et fraternelle s’édifie dans le Christ, jour après jour, par la vie sacramentelle, mais aussi par l’écoute et le partage de la Parole de Dieu. Tous les jeudis soir, nous pratiquons le partage de la Parole : moment intense d’écoute de l’Esprit au profond de nos cœurs et en chacune. Notre regard est transformé par l’accueil du travail que le Seigneur accomplit en chacune, cela nous réjouit et nous réconforte car nous expérimentons que c’est le Christ qui bâtit notre communauté.
La prière de l’Office est pour nous l’occasion de rendre grâce au Seigneur pour les dons qu’il fait à son Eglise, au monde, mais aussi de lui présenter les besoins, les peines et les joies de son Eglise et des hommes de ce temps.
Le mercredi après-midi, nous consacrons deux heures à la rencontre communautaire : un autre moment fort de notre vie ; moment qui nous permet d’éclaircir les situations de tension ou d’incompréhension entre nous, de nous demander mutuellement pardon et  aussi de travailler ensemble sur des textes de congrégation ou d’Eglise. Tout cela pour améliorer nos comportements et nos attitudes dans la mission qui nous est confiée. A la suite de St Vincent et de Ste J Antide, il s’agit pour nous, de reconnaître et servir le Christ-Jésus dans la personne des femmes et des enfants que nous accueillons. Deux mots forts guident notre démarche aujourd’hui : cohérence et bienveillance afin de leur manifester la tendresse et l’amour du Père pour chacune.
Les femmes que nous accueillons ont entre 18 et 68 ans, les enfants de 0 à l’âge adulte pour les filles, 13 ans pour les garçons. Ces deux dernières années, nous avons reçu plusieurs jeunes victimes de violence de la part des parents, mises à la porte parce qu’on ne les supporte plus. Victimes de violence, elles le sont souvent envers leurs enfants. Une de nos tâches est de les aider à se remettre debout, retrouver estime et confiance en elles, abandonner ces comportements et réactions de violence, comprendre les us et coutumes françaises pour petit à petit mieux s’intégrer.  Les enfants par leur présence et leur spontanéité aident beaucoup à accepter les contraintes de la vie en collectivité et à apprendre la langue. Lorsqu’elles quittent le foyer pour rentrer en appartement, l’association leur offre meubles, vaisselle et linge que nous recevons de familles dignoises et les aident à s’installer. Elles sont très étonnées et reconnaissantes pour toute cette aide qui leur permet de recommencer sans trop de dépenses.
Notre présence, 24h/24h est exigeante et nous demande un travail sur nous-mêmes pour dépasser et vaincre nos propres violences afin d’établir un climat de calme et de paix.
Nous avons de très bons rapports avec tous les partenaires sociaux : le 115, le SAO, le CIDFF, le Conseil Général et la PMI (infirmière et sage-femme), RESTO-BEBE, l’APPASE le service d’AVDL (logement), le CODES et particulièrement avec celles qui interviennent dans la maison : Isabelle Pégnieux (infirmière psy), Pascale Denisot (cidff), Caroline (sao) et Martine, qui bénévolement vient toutes les semaines trier et ranger les vêtements que nous recevons. Notre présence à La Meyronnette a permis de créer un lien d’estime et de respect entre les divers partenaires sociaux. Ce travail en réseau est vraiment intéressant et riche pour les femmes, pour nous aussi et nous est un grand soutien.


En 2013

Nous avons reçu 

Du 1er janvier

au 31 décembre 2013

 

 

FEMMES seules

 

36

 

Venant du 04

68

FEMMES avec enfants

28

 

Venant d'autres dép.

12

ENFANTS

 

 

55

 

Venant du Maghreb

20

dont 8 de moins d'1 an

 

 

 

VICTIME de violences

 

 

47

 

Afrique noire

4

TOTAL hébergés

 

119

 

Pays de l'Est

 

15

NUITEES

 

 

3950

DUREE moyenne

33 nuits



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

-2018 © Communauté catholique des Alpes de Haute Provence - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.32