Bandeau
Communauté catholique des Alpes de Haute Provence
Slogan du site

digne.eveche@wanadoo.fr

« Quitte ta robe de tristesse… » Entrée dans l’année de la Miséricorde !
Article mis en ligne le 5 décembre 2015
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Ce n’est pas à Rome, mais
à Bangui que s’est ouverte
dimanche dernier l’Année
sainte décrétée par le pape
François. Plus qu’un
symbole, si l’on se souvient
que l’institution de l’Année
sainte, en 1 300 fut un
moyen pour la papauté de
mettre Rome au centre du
catholicisme… Si nous serons en communion avec
Rome, ce mardi 8 décembre, nous aurons d’autres
occasions pour ‘entrer’ et profiter de cette année de
grâce de la Miséricorde !

 Pourquoi une année sainte de la Miséricorde ?

Depuis Jean-Paul II et Benoît XVI, l’invitation à
redécouvrir le cœur de notre foi chrétienne se
réitère ! L’exhortation « la joie de l’évangile » du
pape François était toute orientée dans ce sens
pour sortir de nos torpeurs, nos tristesses, nos
rigidités… en nous réchauffant à la source de la joie
qu’est la miséricorde de notre Dieu.
En effet, l’image de l’Église et de son message est
tellement défigurée dans l’esprit de beaucoup de
nos contemporains. Nos langages de ‘jargon’ sont
trop souvent perçus comme d’abord renvoi à des
règles, des commandements, voire des rubriques…
Il n’y a que le Souffle de l’évangile qui est source
de joie, qui peut donner envie d’entrer dans une
aventure de rencontre avec le Dieu-Amour ! Et
seule cette expérience donne du sens aux
‘panneaux d’indication’ du chemin à prendre.
Ce chemin a d’abord un nom et un visage : Jésus,
cet homme libre et debout. Il parcourait son pays
« en faisant du bien ». Tout ceux qui se laissaient
rencontrer par Lui, trouvaient joie, espérance,
avenir, liberté et paix du cœur !

 Jésus, visage de Miséricorde

« Qui m’a vu, a vu le Père », disait-Il !
« Regarde
et écoute moi, et vous trouverez la paix et la joie ».

Voilà ce que le logo de cette année sainte essaie de
nous ‘dire’. Faisons une petite lecture d’image :
Jésus ressuscité, les pieds portant les plaies de ce
que les hommes peuvent faire les uns aux autres,
piétinent l’instrument de torture qu’est la croix. La
lumière blanche de tout son être est plus forte que
l’obscurité de la souffrance. Le rouge de sa ceinture
et de sa couronne transforme le sang versé évoqué
en signe de victoire. Son Amour a le dernier mot !
Il me porte sur ses épaules. Blessé, éclopé…tel que
je suis, Il me tient avec ses mains transpercées qui
savent ce que je vis (sa couronne porte aussi mes
couleurs). Visage contre visage, Il me transfigure
en lumière, et ses yeux deviennent mes yeux pour
me voir moi-même et voir le
monde avec ses yeux à Lui.

Encore marqué par la vie de ce
monde (ma robe), je vis déjà
de sa victoire (ma ceinture).

Lui et moi, nous ne faisons
qu’un – puisque aimés
pareillement par le Père, plus
grand que tout de ce monde.
Avec Jésus dans les bras du
Père pour toujours ! Très bonne
année !
Gilbert Marijsse, curé

 « Ouvrez-moi les portes… qu’ils entrent ceux qui cherchent ! »

C’est ainsi que le psalmiste se
laissait inviter par le Seigneur
dans sa maison.
C’est ainsi que le pape François
aussi le disait : « l’Église est
appelée à être toujours la
maison ouverte du Père. Un des
signes concrets de cette
ouverture est d’avoir partout des
églises avec les portes ouvertes.
De sorte que, si quelqu’un veut suivre une motion
de l’Esprit et s’approcher pour chercher Dieu, il ne
rencontre pas la froideur d’une porte close »
(joie de l’évangile, 47)



pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

-2018 © Communauté catholique des Alpes de Haute Provence - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.84.32